Maroc

29 Avr
Image
 
Salam aleikoum les amis!
 
A peine rentrée, me voilà repartie! Du Sri Lanka au Maroc, il y a un monde! Mais toujours autant de plaisir…
 
Cette fois-ci, c’est à six que nous partons à l’aventure. Cinq nanas de 25 à 45 ans et un p’tit gars de 14 ans! Et nous allons tous nous entendre à merveille!
 
La première semaine, nous partons en trek dans le massif du Siroua. Paysages désertiques, minéraux, secs… Et la liberté! Dormir dehors, pisser derrière les rochers, se doucher sous les cascades, aaaah j’aime ça! Accompagnés d’un guide, d’un cuistot incroyablement doué, de cinq braves mules et de leurs muletiers, nous buvons le thé, arpentons les montagnes, buvons le thé, traversons des villages, buvons le thé, faisons la sieste sous les amandiers, buvons le thé, redescendons dans les cailloux et buvons le thé. 
Le point culminant, le haut d’un rocher à escalader, à 3300m d’altitude nous a valu quelques frissons vertigineux et un paysage à couper le souffle. Que du bonheur!
 
La deuxième semaine, retour à la civilisation avec d’abord un passage par le hammam du village, « pittoresque » comme dirait notre Arno… D’abord un peu empruntées par la rusticité du lieu et des femmes, finalement on s’est laissées faire avec délectation! 
Ensuite départ pour l’océan, avec un léger détour par des cascades que nous n’avons pas eu le courage d’aller voir, mais par contre un joyeux arrêt dans une rivière où les petits poissons sont venus nous brouter le bout des pieds pendant qu’on buvait le jus d’orange… une expérience! 
Puis la plage d’Essaouira, avec ses chaises longues, ses cacahouètes, ses marseillais et ses dromadaires. Farniente, lecture et jus, mmhh! Tout de même un peu de sport, avec deux heures intensives de surf dans les vagues. Nous avons pris un cours très spécifique où la seule instruction a été: « Quand vous êtes sous l’eau, fermez la bouche! ». Rigolades, tasses, baffes et plaisir au rendez-vous!
Ici, première visite du souk, et toutes les négociations qui vont avec, un sport national!
Notre périple s’est terminé par l’incontournable Marrakech et de nouveau de multiples déambulations dans les souks! Les gazelles ont bien profité du shopping!
 
J’ai beaucoup aimé ce voyage, le pays bien sûr, les habitants très hospitaliers même si je n’y ai pas trouvé le calme et la douceur auxquels m’avait habitué l’Asie de ces derniers mois, mais surtout j’ai adoré le visiter en compagnie de ces gens exceptionnels, mes amis. La joie, y a que ça de vrai j’vous dis 😉
 
Des bises à chacun de vous!
 
Céline
Publicités

Sri Lanka

6 Avr

P1080910Ayubowan mes amis!

Je vous écris depuis un pays particulièrement chaleureux, le Sri Lanka. Tout, ici, respire la quiétude. Parties pour deux semaines, avec ma maman, nous n’avions pas d’idée préconçue sur ce coin du monde, cette goutte de terre dans l’Océan Indien, si ce n’est qu’il allait y faire chaud. Et bien nous avons été servies, le thermomètre a frôlé les 40°C plusieurs fois. Mais la plus jolie chaleur est venue des Srilankais eux-mêmes, d’une bienveillance adorable! Partout des sourires et un accueil tellement naturel…

Le Sri Lanka sort d’une guerre civile de 30 ans. Elle ne s’est finie qu’il y a 4 ans. Les gens sont tellement soulagés qu’ils semblent savourer cette paix plus qu’ailleurs, comme s’ils avaient une conscience plus aiguë de sa valeur. Il y a ici dans l’air quelque chose de profondément paisible.

Même les crocodiles qui se dorent au soleil semblent pacifiques. Bon, on reste à distance quand-même ! Les éléphants viennent prendre leur bain à côté des buffles et des hérons, on se croirait dans un tableau! L’apothéose de ces rencontres animalières a sans doute été la sacrée chance (ou la chance sacrée) que nous avons eue de pouvoir observer deux immenses tortues vertes (200kg) venues pondre leurs oeufs sur une plage-sanctuaire du sud de l’île. Moment magique !

La majorité de la population est bouddhiste et pratiquante. Nous avons pu assister à plusieurs cérémonies et célébrations, observant la ferveur incroyable des gens d’ici: offrandes au Bouddha (il a droit à 3 repas de 8 plats par jour, le chanceux!), chants, prières, tambours et processions. Et en tant qu’étrangers, on peut participer à tout ça dans un accueil allant de soi! Le thé nous a un jour été offert par un maître vénérable qui avait juste envie de discuter avec nous autour d’une assiette de petits biscuits!

Nous étions accompagnées par un chauffeur-guide extraordinaire, Sumedha (physiquement c’est Roger Federer en noir :-D), lui-même bouddhiste assidu, qui nous a beaucoup expliqué les traditions de son pays. Contrairement à mon expérience indienne, j’ai trouvé le contact avec les gens facile et tout naturel, sans être axé sur l’argent comme c’est le cas (compréhensible) dans beaucoup de pays influencés par le tourisme. Au Sri Lanka, on est content de discuter avec vous, on énumère les différences et les similitudes, et on rigole bien! Le niveau de vie est modeste, mais pas du tout misérable. Il y a très peu de mendiants, pas d’enfants des rues, et les gens sont reconnaissants de ce qu’ils ont.

L’ayurveda (= santé parfaite) est ici un mode de vie établi. Chaque fruit, épice ou écorce a ses vertus et on se soigne naturellement. Sans parler des massages aux huiles qu’on s’est offerts, j’adore! Quant à la nourriture, c’est un ré-gal! Le paradis des végétariens (des autres aussi sûrement)! Une variété dingue d’épices, de fruits, de légumes, de noix… On a fait le plein !

Un voyage tout en douceur…

Des bises à chacun de vous,

Céline

Malaisie et compagnie

3 Jan

Image

Salut les copains!

Je vous avais laissés en Malaisie à la fin de mon dernier mail, plus exactement à Kuala Lumpur, la capitale. Alors on l’a sillonnée dans tous les sens, en bus et à pied. Et même en courant! C’est une ville agréable, à l’architecture originale, à l’image des fameuses tours Petronas qui furent un jour les plus hautes du monde avec leurs 451m. Nous nous sommes contentées pour cette fois de monter sur les 421m de la tour des télécommunications… Quand on a le vertige comme moi, c’est une sacrée performance, même si je ne faisais pas la maligne! Nous avons visité, entre autres attractions locales, une boutique de chocolat qui fait la fierté de la ville! Ça nous intéressait surtout pour les dégustations… Ben ils devraient venir faire un petit stage en Suisse! Sinon, au niveau culinaire, on se sera bien régalées pendant ce voyage, surtout de cuisines indienne et thaï!

Après la grande ville, on s’était dit qu’un petit tour à la « campagne » serait le bienvenu. Allez hop, un petit saut au Cambodge, direction les temples d’Angkor! C’était beau. Mais pas aussi époustouflant que peuvent l’être le Machu Picchu ou le Taj Mahal. Ah ben oui, j’ai mes références hihi! Mais là, c’est vrai que je m’attendais à quelque chose de plus grandiose. Peut-être que les incessantes sollicitations des vendeurs de camelote ou les tentatives d’arnaque des chauffeurs de tuk-tuk y sont pour quelque chose… La sérénité du lieu est très perturbée par les hordes de touristes et tout ce qui va avec. Il reste que c’était une chouette escapade quand-même, à vélo dans les ruines, le défi était de prendre exactement les mêmes photos que celles de notre livre « national geographic »… mission accomplie pour neuf d’entre elles!

Retour en Malaisie, sur l’île de Penang plus exactement, au nord du pays. Là nous avons décidé de louer une voiture pour la semaine, histoire de voir un maximum d’endroits en toute liberté dans le temps qu’il nous restait. Heureusement les routes sont très bonnes en Malaisie, même si la concentration est de mise à cause de la conduite à gauche! Mais Nadia a assuré au volant et moi au co-pilotage et à la lecture de carte. Donc sur cette petite île nous nous sommes promenées et avons eu pour la première fois de la peine à trouver un hôtel… ah oui c’est le début des vacances… oups! Bon, finalement à 22h30 on déniche un clapier… euh une chambre de 10m carrés sans fenêtre qui fera bien l’affaire. Et on réserve pour la suite du voyage! Après une journée de visite à Georgetown, grande ville multiethnique et une virée au parc national du coin, nous mettons le cap sur les Cameron Highlands, la montagne!

Bon, c’est pas vraiment la montagne comme chez nous… c’est un peu… moche. Mais au moins il y a de l’air frais! Le paysage est complètement dénaturé par les serres de fraises, la culture locale. A perte de vue le plastique recouvre des pans entiers de montagne. On trouve quand-même un coin un petit peu plus sauvage pour se balader (après un gymkhana phénoménal avec la voiture). On rencontre même des plantes carnivores (en liberté, oui oui!) avant de tomber sur une gigantesque antenne et une centrale électrique. Bon, les plantations de thé c’était quand-même intéressant aussi.

Lorsqu’on redescend de 2000m à 0m, on traverse cette fois-ci de somptueux paysages. Mais plus on descend, plus la monoculture de palmiers s’impose (faut bien que toute cette huile vienne de quelque part…) et plus les décharges à ciel ouvert se multiplient. Niveau écolo on repassera (pas en voiture alors!) Puis nous arrivons à Melaka, ancien comptoir marchand et escale obligatoire pour les bateaux d’époque arrivant sur l’Asie. Notre hôtel étant loin du centre et ne voulant pas prendre la voiture dans les embouteillages, nous allons marcher, marcher, marcher! A travers un énorme cimetière chinois, le long de la rivière qui coupe la ville, dans le quartier indien, dans Chinatown, autour du port…

Quelques centaines de kilomètres plus loin, nous rendons la voiture, intacte, ouf! Il nous faudra ensuite pas loin de cinq heures pour trouver un bus, sortir du pays, reprendre un bus, entrer dans le pays suivant, reprendre un bus, puis un métro, marcher quelques kilomètres avec nos gros sacs, demander notre chemin et enfin trouver notre hôtel! Bonjour Singapour!!!

Alors Singapour… c’est le pied! (D’ailleurs j’y ai acheté des chaussures… haha!) Déjà, les gens sont sympathiques. Comme en Malaisie, les communautés chinoise, indienne et arabe se côtoient dans un joyeux mélange coloré. Ensuite l’architecture est grandiose. A attraper un torticolis tellement on a la tête levée. C’est aussi le paradis du shopping avec un nombre de magasins hallucinant au mètre carré. Parallèlement à toute cette agitation, il reste de grands parcs naturels dans lesquels on peut se promener en ayant l’impression d’être en pleine jungle, avec des singes, des écureuils et des oiseaux multicolores. C’était vraiment un magnifique endroit pour terminer ce voyage asiatique.

Nous avons passé le cap du nouvel an dans l’avion (probablement plusieurs fois même, en traversant les fuseaux horaires) et avons atterri à Genève en 2014. J’en profite d’ailleurs pour vous souhaiter un joyeux anniversaire (ça vous arrivera dans l’année, si si)!

Des grosses bises à chacun!

Céline

PS : Merci à tous ceux qui ont répondu à mes histoires, que ce soit par mail, par courrier postal, par sms ou par télépathie!

Thaïlande et Laos

19 Déc

P1070799Sabaidee les copains!

Après la Birmanie, nous voici posées à Chiang Mai, au nord de la Thaïlande. Jolie ville où il fait bon se promener entre les temples et les marchés. Et l’occasion pour moi de prendre un cours de cuisine thaïlandaise, je sais maintenant préparer un curry vert et des rouleaux de printemps pour papilles averties!

Puis, une escale dans la petite ville de Pai, aux allures de repaire baba cool. Chevauchant notre scooter ailé à la découverte des cascades et autres canyons environnants, nous avons bien rigolé! Nadia s’est même fait tatouer par un dealer en herbe confirmé (non, ce n’est pas un pléonasme)!

Ensuite départ pour le Laos en bateau sur le Mékong. Slow boat qu’ils l’appellent… on a vérifié, il porte bien son nom! Deux jours plus tard, nous voilà débarquées n’importe où, obligées de prendre un tuk-tuk pour gagner la ville de Luang Prabang. Bienvenue au Laos, où on aura parfois l’impression d’etre de gentilles vaches à lait (violettes?) lorsque les péages intempestifs se multiplieront. Ayant eu l’occasion de faire des rencontres sur le fameux bateau, nous voici parties à la découverte des lieux avec Claudia de Vienne, Pascal de Zürich et Robert de Bruxelles. Au programme, petit tour en barque à moteur, baignade dans les cascades, festins de rois et shopping au marché de nuit!

Nous continuons la route avec Robert qui n’aime pas trop qu’on le prenne pour notre père (pourtant nous sommes de jeunes filles modèles!) direction Vang Vieng. Découverte de la campagne en scooter, balade dans une grotte, dégustation de fromage de chèvre et coucher de soleil sur les montagnes.

Dernière étape au Laos, Vientiane, la capitale. Les colons français étant passés par là, nous pouvons enfin manger du vrai pain dans une boulangerie nommée Bannetton. Et rouler à droite avec notre vélo! Par contre les bouddhas (assis, couchés, debout…) sont légèrement plus nombreux qu’en France!

Nous quittons alors notre papa… euh Robert, pour aller sur Bangkok où les manifs battent leur plein. Cela donne un côté très animé aux rues remplies de gens avec leurs drapeaux et sifflets! Et le défilé de motos tonitruantes vaut le coup d’œil! Dans la rue touristique de Bangkok, Khao San Road, on peut se faire confectionner un beau permis de conduire suisse plus vrai que nature, mais bon on en a déjà un alors tant pis!

Trois curries verts plus tard, nous nous envolons pour le sud du pays à la découverte de l’île de Koh Lanta. Denis Brognard n’y est plus, par contre nous avons rencontré Nemo et ses copains lors d’une superbe journée de snorkeling. Et l’île est chouette à parcourir en scooter, très dépaysant quand un singe traverse la route!

Après ces quelques jours à la plage, nous reprendrons la route de la civilisation pour nous rendre à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie. Mais ça, ce sera pour le prochain épisode!

D’ici là je vous souhaite à tous un heureux Noël plein d’amour!

Céline

P.S.: Quelques références hautement culturelles utilisées dans ce mail:
– la vache violette est typiquement suisse, elle fabrique le chocolat Milka.
– Denis Brognard, lui, est typiquement français, et il présente l’émission de télé- réalité Koh-Lanta.
– Nemo est un jeune poisson-clown qui vit dans l’univers de Walt Disney.

Birmanie

22 Nov

P1060673Mingalarbar les amis!

Et voilà, nos trois semaines birmanes s’achèvent où elles ont commencé : dans la chaleur moite de Rangoon. On aura bien vu du pays, même si nous ne sommes pas vraiment sorties des sentiers battus, la Birmanie s’ouvrant gentiment au tourisme, on ne badine pas avec le gouvernement.

Comme c’est bien souvent le cas en Asie, les gens sont souriants et accueillants, ce qui rend le voyage très agréable. La grande majorité des Birmans est bouddhiste et on croise des moines et des nonnes un peu partout, ce qui donne une impression générale de zénitude qui, mêlée à la chaleur du climat et à la douceur des gens, fait de ce pays une superbe destination.

Voici quelques hauts moments de notre aventure:

– se balader dans le marché de Rangoon avec ses grillons géants qui ont bien l’air d’être des friandises!

– admirer le coucher du soleil sur les 2000 temples de Bagan, juste magique…

– rentrer en moto-taxi, de nuit, dans les rues surchargées de trafic de Mandalay, olé !

– s’introduire à vélo sur la terrasse d’un hôtel de luxe sur pilotis pour boire un jus sur le lac Inle.

– observer un ballon à air chaud s’élever puis… s’enflammer, puis… retomber sur la foule en délire… puis voir exploser son contenu de feux d’artifice ! ! ! Apocalyptique…

– se baigner dans les eaux à 28 degrés du golfe du Bengale, en novembre c’est le pied!

Tout ceci entouré par une myriade de visites de temples (et leurs kitchissimes bouddhas aux lumières disco) et de dégustations de jus de citron!
À peine gâché par la perte instantanée d’un petit millier de photos provoquée par une manipulation malencontreuse de ma part… Oups!
Ho les souvenirs resteront dans ma mémoire à défaut de celle de mon appareil !

Maintenant, cap sur la Thaïlande et le Laos pour la suite du voyage.
Des pensées d’ici et des bises à chacun!

Céline

En route vers Compostelle

29 Sep

ImageSalut à tous!

Voilà, ça c’est fait: presque 800km à pied sur le GR65, autrement dit la partie française du chemin de St-Jacques de Compostelle, entre le Puy en Velay et Saint Jean Pied de Port.
 
Je suis dans le train qui me ramène à la maison après 31 jours de marche… mes jambes se demandent ce qui se passe!
 
Je suis partie en me demandant bien ce qui m’avait pris et ce que je fabriquais toute seule ici… et je rentre déjà avec une petite nostalgie de ce chemin et de mes co-pèlerins!
 
Parce que bien sûr, on est rarement seul! J’ai marché avec toute une brochette de personnages, échantillon condensé des rencontres que l’on pourrait faire dans la vie quotidienne, parfois agréables d’autres moins, souvent hauts en couleurs et toujours intéressants, quel que soit le reflet qu’ils m’ont renvoyé!
 
En dehors du côté relationnel passionnant, la vie du pèlerin est relativement simple… En gros, marcher, manger, dormir. Avec quelques petites activités récurrentes comme faire la lessive, soigner ses pieds, chercher de l’eau et boire le café!
 
Physiquement, ce n’est pas facile. Qu’on soit jeune ou moins jeune, sportif ou pas, tout le monde souffre d’un endroit ou d’un autre. La première semaine, j’ai eu des ampoules aux petits orteils, alors que je n’en ai jamais… L’espace d’un moment j’ai pensé que j’aurais mal toute ma vie! Mais… non, hihi! Marcher 25km par jour avec environ 10kg sur le dos ça laisse des traces dans le corps! Du coup, n’importe quel plat de pâtes est excellent et n’importe quel matelas est confortable!
 
Passer au moins 10h par jour à l’extérieur, se coucher tôt, se lever tôt et surtout, rire beaucoup, j’ai tellement aimé que je retournerai marcher les 800km qui restent pour traverser l’Espagne jusqu’à Compostellle!
 
Pour illustrer mes propos, voici quelques notes prises en chemin, toutes tirées de dialogues véridiques:
 
– En tous cas, moi je préfère descendre des montées que monter des descentes!
 
– J’ai mal au genou!
– Ah, tendinite?
– Non, c’est Françoise qui m’a tapé avec son bâton parce que je l’ai pas attendue!
– …
 
– Bon, Céline tu mets mes chaussures, moi je mets celles de Martine et elle mettra ses tongs. Comme ça on aura peut-être moins mal pour les 5 derniers kilomètres!
 
– Eh les filles, vous allez rire, c’est pas mes chaussures que j’ai aux pieds depuis ce matin! C’est du 44 et moi je fais du 41!
 
– Guy, je crois que j’ai pris tes chaussures ce matin!
– Ah merci, j’avais pas vu, j’ai perdu un ongle mais j’ai cru que mes pieds avaient gonflés!
 
– Aaaaah, personne n’a ronflé cette nuit, j’ai bien dormi!
(trois regards noirs…)
– Si, toi, t’as bien ronflé!
– Oups…
 
– Do you want a morceau de pain?
– Ho? Yes?
– Ok, you can t’asseoir à côté de moi.
 
– Ha Tankred, t’es vraiment sympa!
– J’m’appelle pas Tankred mais Julio.
(sa femme:) – Ho ben Tankred ça lui va bien aussi.
 
– J’en peux plus de voir Jésus crucifié, ils pourraient pas le descendre de sa croix et le faire pique-niquer avec nous?
 
– Oh non, j’ai qu’une chaussure ce matin! Monsieur, ça ne serait pas votre chien qui l’aurait prise?
– Non, il ne fait jamais ça!
(la femme du monsieur arrive:) – Oh non, ça doit être notre chien une fois de plus!
 
(Monique, 72 ans et plus toutes ses dents:) – Ah t’es de Suisse? Ma maman aussi elle venait de Suisse, une petite ville du Canton de Vaud, tu dois pas connaître…
– Comment ça s’appelle?
– Morges.
– …
 
– J’ai perdu mes lunettes de solelil!
– Oh zut pour toi!
– Non c’est pas grave, je les avais prises exprès pour les perdre, je les aimais pas.
 
– C’est pas juste, j’étais venu chercher la lumière et j’ai trouvé que des ampoules!
 
Voilà, vous voyez, j’ai vraiment beaucoup, beaucoup ri! Je vous souhaite à tous autant de joie dans vos vies et vous envoie des bises!!
 
Céline

Ìsland

6 Août

Bonjour a tous!

Cette annee, changement de decor et changement de transport: l’Islande a velo (et sous tente)!
Alors, comme on pouvait le prevoir, ce n’est pas de tout repos! Rien que l’emballage des velos pour l’avion, c’etait deja sportif!

Nadia et moi avons debarque dans une ville de Reykjavik toute ensoleillee. Ainsi le furent les deux premieres journees… Nous avons pu nous extasier devant le geyser de Geysir (tous les autres ont ete ainsi nommes d’apres celui-ci, si c’est pas la classe…) et les chutes somptueuses de Gulfoss. Ensuite, c’est devenu un peu plus ole-ole, la route est devenue piste bosselee et la meteo nettement plus nordique! Nous nous sommes lancees a l’attaque de la piste qui traverse le pays du sud au nord, faisant halte dans des refuges plantes au milieu de nulle part, tellement bienvenus! Nous avons affronte le vent, la pluie, le froid, le brouillard et les mega-montees… bref c’etait rude! Mais les paysages sont fantastiques dans ce pays, entre volcans, glaciers et rivieres. Et de temps en temps, une petite source d’eau chaude, c’est bon!

La deuxieme semaine, nous l’avons passee au nord, avec une superbe arrivee sur l’Ocean Arctique. Mais alors, que de la pluie et de la grisaille! Et le vent de face… Certains jours, la depression nerveuse n’etait pas loin! Quelques fois, nous avons prefere mettre les velos dans le bus ou nous poser une journee en attendant l’acalmie. Heureusement, ici ils ont partout des piscines extras, le bassin de natation a 30°C, des jaccuzis, des hammams, on en a bien profite!

La derniere semaine aura ete un peu moins penible, avec pas mal d’eclaircies (ou bien s’habituerait-on au climat?). Nous avons vu des endroits magnifiques, un lac d’icebergs, des champs de lave, avons randonne dans des montagnes rouges, jaunes, vertes… C’est un monde fabuleux!

Voila que nous arrivons au bout de ce periple, c’etait une experience enrichissante, que je ne regrette pas, mais que je ne recommencerai pas tout de suite! J’veux du soleeeeeeil, lalalalalalala!
Des becs a chacun!

Celine